Bilan des Victimes de l’Acte 45 des Gilets Jaunes (21 Septembre)

Le bilan ci-dessous fait compte des victimes prises en charge par les différentes équipes de street-médics et secouristes volontaires en lien avec la Coordination lors de la Marche pour le Climat et l’Acte 45 des Gilets Jaunes le Samedi 21 Septembre 2019.

Ce bilan n’est pas exhaustif. Il ne comprend que les prises en charge non-superficielles réalisées par les équipes de la Coordination et ne comptabilise pas l’ensemble des victimes prises en charges par d’autres équipes de street-médics, décontaminées des gaz ou non pris en charge. Le bilan qui suit ne peut donc pas et ne doit pas être considéré comme exhaustif ou représentatif de la totalité des victimes.
Ce bilan est provisoire (version 2.0 du 10/10/2019) et sera mis à jour au fur et à mesure que de nouveaux bilans d’interventions seront reçus.

Synthèse

La Coordination recense actuellement 142 victimes prises en charge, dont 28 traumatismes à la tête, 10 évacuation et extractions vers les urgences et 3 transferts aux secours institutionnels sans évacuation.

Parmi ces victimes on dénombre au moins:

1 femme enceinte (7 mois)
1 enfant (4 ans)
4 mineurs
2 personnes âgées
5 passants
2 journalistes
12 street-medics / secouristes

A partir des bilans communiqués, ​nous estimons que au moins 1703 personnes ont été décontaminées par les médics des gaz lacrymogènes​, et soulagées grâce aux sérums physiologique et aux pulvérisations de solutions décontaminantes. Ce chiffre ne représente en rien le nombre réel de victimes atteintes et incapacitées par les gaz.

Observations

Les membres de la coordination dénoncent collectivement les vols, violences, et arrestations arbitraires qui sont des entraves au secours à personne. De nombreuses équipes ont signalé des oppositions directes au soin de victimes blessées, ce qui contrevient à l’obligation d’assistance à personne en danger. La Coordination a notamment recensé:

  • À 16h30, sur le boulevard de Port-Royal, trois équipes ont été empêchées par les forces de l’ordre d’examiner et soigner un homme qui présentait un saignement au visage, laissant des traces de sang sur le sol du hall où les forces de l’ordre l’ont emmené.
  • Pendant la manifestation, un médic a été interpellé et placé en garde à vue. À sa sortie, son matériel de premiers secours ne lui a pas été rendu.
  • De nombreuses équipes se sont vu confisquer leur matériel de protection, indispensable à leur propre sécurité et à leur activité de secours. Ces confiscations s’apparentent souvent à du vol, le matériel n’étant jamais rendu.
  • De nombreuses équipes ont signalé avoir été bloquées par les forces de l’ordre dans l’accès aux zones de manifestation, même déclarées.

En complément de ces entraves, des membres de la Coordination ont observé durant cette journée que :

  • Les numéros d’urgences (Sapeurs-pompiers et SAMU) ont parfois été surchargés et indisponibles.
  • Les secours institutionnels chargés de couvrir l’évènement (Sapeurs-pompiers et Protection Civile) ont souvent été absents ou inaccessibles, à cause de moyens insuffisants ou éloignés des zones de dangers constitués par la répression policière.
  • Plusieurs victimes gravement blessées ont, parfois par peur du fichage politique réalisé dans les hôpitaux, refusé toute prise en charge par les secours institutionnels.

Pour ces raisons, la Coordination rappelle que entraver l’action des street-médics, secouristes volontaires et autres primo-intervenants agissant au coeur des manifestations ou les priver de leur équipement de protection met directement de nombreuses personnes en danger.

Pour l’ensemble des prises en charge effectuées, les secouristes volontaires, street-médics ou autres primo-intervenants se sont assurés du consentement de la victimes et ont réalisés les bilans nécessaires (urgences vitales, traumatique, neurologique…) avant tout soin. Pour tout choc ou blessure grave qui n’a pas résulté en une évacuation par les secours, il a été recommandé a la victime de se rendre à l’hôpital ou de consulter un médecin.

Transmettre le bilan de mon équipe

Si vous êtes une équipe de street-médics, secouristes volontaires ou autre primo-intervenant qui portez secours aux victimes dans le cadre de manifestations, nous vous encourageons à nous transmettre le bilan de vos interventions afin que nous puissions les intégrer au compte-rendu ci-dessous. Voyez la page Vous êtes secouristes volontaires.

Bilan des victimes


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *