Communiqué de la Coordination contre le contrôle des secours en manifestation

Pour ajouter votre équipe aux équipes signataires, contactez-vous via Facebook, le Discord ou notre mail (coordpsfr@protonmail.com).

Retranscription:

A partir du 31/08/2019, pour l’acte 42 du mouvement des gilets jaunes, et pour répondre à la demande d’un seul secouriste, les organisateurs de la manifestation ont décidé la mise en place d’un badge uniquement pour les secouristes munis d’une habilitation et se définissant comme neutres dans leurs interventions. Il est à noter qu’aucun street-medic n’a été consulté avant cette décision et tous, membre de la Coordination ou non, l’avons appris lorsque la déclaration en préfecture a été publiée sur internet. Auparavant, certaines personnes avaient demandé à sécuriser les PMR (personnes à mobilités réduites) auprès des organisateurs sans faire référence à la création d’une équipe de secouristes.

Grâce aux nombreuses réactions outragées des medics durant cette journée du 29 août, les organisateurs de la manifestation ont décidé d’annuler le port de badge. La Coordination 1er Secours se félicite de cette prise de conscience rapide sur l’importance de ne pas créer de scission entre les street-medics militants et les medics secouristes neutres et/ou apolitiques. Ceci dit, cette situation a fait ressurgir de nombreuses questions sur nos pratiques à toutes et à tous, et il nous est légitime de penser que ce genre d’initiative ne pourra créer que des divisions supplémentaires au sein d’un mouvement déjà fragilisé.

Profitons donc de cette affaire pour nous rappeler des dangers que cela représente.

Bien que l’idée de départ était sans aucun doute bienveillante, il est de notre devoir à tous d’éviter les conflits sur le terrain entre groupes aux pratiques et convictions différentes, mais encore davantage à veiller à ne pas nous distinguer du reste des manifestants sur le plan moral. Le port du tee-shirt blanc aurait-il fait oublier le port du gilet jaune ?

La violence à l’encontre des medics est tout aussi inacceptable que celle à l’encontre des manifestants, ni plus ni moins. Notre statut de secouriste, militant ou non, ne doit pas nous servir d’excuse ou de prétendu rempart face à la brutalité du maintien de l’ordre. De même que le vol de matériel et d’EPI n’est pas plus scandaleux lorsque les médics en sont les cibles. Trouvons-nous immoral et dangereux d’empêcher les primo-intervenants de porter les premiers secours sans protection ou matériel adéquat ? Bien sûr que oui, mais il est tout aussi intolérable que nos concitoyens se voient interdire le droit de se protéger, et rien ne justifie que l’on veuille se voir accorder des passe-droits sous le prétexte d’être médic.

Notre indignation à toutes et à tous sur ces sujets doit rester la même, peu importe que la victime soit manifestant, journaliste, passant ou medic.

Et que dire de cette volonté d’afficher une partie des secouristes/medics en fonction de leurs compétences, diplômes et idéologies politiques ? Bien que nous encourageons vivement les formations, qu’elles soient diplômantes ou non, se baser sur ces seuls critères nous apparait clairement comme une forme de discrimination. Nous dénonçons ces pratiques à l’égard des secouristes/medics comme toute forme d’ingérence conformément à notre charte. Nous rappelons également, que n’importe quelle personne (dans la limite de ses compétences) peut et doit intervenir pour porter assistance à personne en danger.

De plus nous mettons en garde nos camarades qui seraient tentés de s’arranger avec les forces de l’ordre. N’oublions pas qu’aujourd’hui aucune réponse politique n’a été apportée aux revendications des gilets jaunes, et que l’état joue sur la surenchère de la violence. S’associer aux forces de l’ordre comme cela a parfois été le cas pour certains groupes “neutres” se révèle dangereux pour l’ensemble des médics car c’est la porte ouverte à bon nombre de dérives. Fichage d’un côté, interdiction de manifestation de l’autre ; et bien sûr cela contribue à affaiblir considérablement le mouvement.

Ne sacrifions pas l’union de nos forces pour un faux semblant de sécurité, et n’oublions pas que si toutes et tous pouvons continuer notre travail sur le terrain – avec plus ou moins de difficultés selon les régions – c’est bien parce que le gouvernement n’est pas encore trop gêné par nos actions. Quand la violence explosera à nouveau, il viendra un jour où aucun de nous ne sera le bienvenu en manifestation, et à ce moment là quid des anciens deals et arrangements passés avec les forces de l’ordre ? Aucun pin’s, aucun T-shirt blanc, aucun logo, aucun arrangement ne saura nous mettre réellement à l’abri.

Le parallèle peut être fait avec les journalistes qui bien que professionnels ne travaillent pas tous/tes munis d’une “carte de presse”, or les vrais informations journalistique sont plus d’une fois révélées par les journalistes n’ayant pas cette carte de presse. Alors restons unis et ne cherchons pas les faveurs d’un service de répression qui n’aura que faire de nos engagements politiques et/ou militants lors d’une charge au milieu des gaz. Rappelons-nous que ce sont les images de nos camarades mutilés qui nous ont toutes et tous poussés dans la rue, et qu’ils restent la raison de notre engagement

Restons forts face à la violence et la répression des forces de l’ordre, et ne cherchons pas à y échapper par une porte dérobée.

Signataires: Coordination 1ers Secours / Action Secours / Black Cross 63 / Groupe Premiers Secours / Purple Street Medic / Street Medic Paris-Banlieue / Street Medic Formation / Street Medic Rescue 56 / René Guirette (Médecin) / De nombreux médics et secouristes indépendants.

Pour ajouter votre équipe aux équipes signataires, contactez-vous via Facebook, le Discord ou notre mail (coordpsfr@protonmail.com).


Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *