Communiqué de la Coordination contre les prélèvements sanguins en manifestation.

La Coordination 1er Secours France tient à se désolidariser de certaines pratiques que nous avons pu constater sur le terrain des manifestations. Des personnes complètement étrangères à la Coordination se sont permises de pratiquer des gestes médicaux dans la rue.

Au delà de l’appartenance à cette coordination,  nous dénonçons l’usurpation du terme et des couleurs de street-médics.

Nous avons pu identifier 4 personnes qui font des prélèvements sanguins, sous couvert d’appartenir à une organisation, de faire partie du corps médical et des street-médics, arborant parfois des t-shirt d’équipes auxquelles ils n’appartiennent pas. Dans leurs discours, ils annoncent qu’ils co-travaillent sur la recherche de présence de cyanure dans le sang suite à une grande exposition aux gaz lacrymogènes. ( Pour rappel des effets du gaz )

Nous conseillons vivement aux victimes de ne pas accepter de se faire prélever dans de telles conditions, même avec les meilleurs explications du monde, la technique n’est pas viable (dûe à l’environnement dégradé) et également dangereuse.  Une investigation réelle et sérieuse demanderait un protocole de prélèvement avant et après le temps d’exposition pour pouvoir comparer. De plus les composés des gaz lacrymogènes restent dans le corps une dizaine de jours, il n’y a donc pas urgence à prélever au moment même de l’exposition, dans un contexte hostile.

Être street-médic ou secouriste de rue c’est apporter à son prochain les premiers secours nécessaires et adopter des pratiques d’auto-défense individuelles et collectives. Malgré le nom, nous ne sommes pas des médecins, ni des membres du personnel para médical même si certains d’entre nous ont ces diplômes. Ici des professionnels de santé – quand bien même nous n’ayons pu confirmer la véracité de leur statut professionnel – exercent hors de leurs institutions, dans un cadre extrêmement conflictuel, sortant de leur confort habituel. A ce moment, la priorité n’est pas de rechercher les causes, ni de pratiquer des soins compliqués, mais de stabiliser les victimes pour une évacuation rapide lorsque celle-ci est nécessaire. Nous ne sommes pas là pour faire des gestes longs sauf en cas de défaillance vitale. Seule la prise en charge, la sécurisation et l’évacuation des victimes  nous concernent.  

Nous tenons à faire savoir qu’aucun Médic de la coordination n’est acteur de ces gestes irresponsables.

Nous dénonçons ces pratiques et rappelons que ces initiatives n’engagent la responsabilité individuelle que de ceux qui les mettent en oeuvre.

La Coordination 1ers Secours France, SOS ONU, DH35


Dans la presse

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *